Categories

Accueil > Actualités > Coupe d’Afrique des nations de football > Quelques consignes pratiques à observer par le voyageur durant la Coupe (...)

29 décembre 2021

Quelques consignes pratiques à observer par le voyageur durant la Coupe d’Afrique des Nations CAN 2022

Quelques consignes pratiques à observer par le voyageur durant la Coupe d’Afrique des Nations CAN 2022
1/ les conditions de voyage au Cameroun :
L’entrée des ressortissants algériens sur le territoire camerounais est subordonnée à l’obtention préalable d’un visa auprès de la représentation diplomatique du Cameroun à Alger. Les demandes de visas sont généralement traitées dans un délai allant de 48 à 72 h. La présentation en sus du dossier ordinaire du visa, d’une réservation d’hôtel est requise.
Le gouvernement camerounais a prévu des facilités particulières quant à la délivrance des visas aux voyageurs dans le cadre de la Coupe d’Afrique des Nations
Il est important de rappeler que la vaccination contre la fièvre jaune (le carnet) est obligatoire pour entrer sur le territoire camerounais.
Avec l’avènement de la crise sanitaire, la présentation d’un test PCR négatif de moins de 72 est requise avant tout embarquement vers ce pays. Cette prescription concerne toutes les franges d’âge.
2/ les consignes sécuritaires :
Pour le volet sécuritaire, le gouvernement camerounais a pris toutes les dispositions nécessaires pour assurer la sécurité de ce tournoi ainsi que celle des visiteurs du Cameroun.
Cela n’empêche pas le voyageur d’observer les consignes générales de sécurité, à l’instar de :
-  Ne pas quitter la ville qui abrite les matchs sauf en cas de nécessité ;
-  Eviter les déplacements et les sorties de nuit ;
-  Ne prendre les taxis de manière isolée ;
-  Eviter de fréquenter les quartiers de mauvaise réputation.

3/ les consignes sanitaires :
Depuis l’avènement de la crise sanitaire, les autorités camerounaises ont mis en place une stratégie globale de riposte contre la pandémie de Covid-19. Les derniers chiffres sur la propagation de la Covid-19 au Cameroun remontent à la date du 14 décembre courant, qui font état de 107 662 cas positifs dont 105 307 guérisons, 1 836 décès et 519 cas actifs (28 hospitalisations dont 13 sous oxygène).
Le Ministère camerounais de la Santé Publique a indiqué au cours de la dernière semaine du mois de décembre que la pandémie demeure largement sous contrôle dans son pays, avec un faible taux de positivité aux tests PCR, soit 2.5%. Plus de 2 000 agents de santé ont été mobilisé par ce département pour assurer les compagnes de dépistage et de vaccination durant ce tournoi.
Sur le terrain la situation semble être sous contrôle et tous les signes portent à croire que la pandémie de la Covid-19 au Cameroun, est jusqu’ici maitrisée.
Les tests PCR/TDR et la prise en charge hospitalière des personnes atteintes de cette maladie sont gratuits y compris pour les non nationaux.
Tous les passagers doivent se soumettre à un test rapide à leur arrivée sur le sol camerounais. Si celui-ci s’avère être positif, une mise en quarantaine de 08 jours sera imposée (à domicile pour les résidents et à l’hôtel pour les personnes de passage et à leur frais).
A ce sujet, il est utile de rappeler que l’accès au stade n’est permis qu’aux personnes ayant un chemin vaccinal complet (pass sanitaire) et disposant d’un test Covid-19 négatif de moins de 24 h (PCR, TDR ou antigénique).
Etant un pays situant dans la zone équatoriale, le paludisme est une maladie répandue au Cameroun. Même s’il s’agit d’une maladie traitable, il serait préférable de prendre les mesures nécessaires pour se prémunir contre cette maladie telles que :
-  Le bannissement des sorties de nuit ;
-  L’utilisation des moustiquaires imprégnées pour se prémunir contre les piqures des moustiques ;
-  L’utilisation des pastilles, des liquides et des pulvérisateurs anti-moustiques.
-  En cas de contamination, un traitement précoce est plus que nécessaire pour éviter toute complication. les médicaments traitant cette maladie sont disponibles dans toutes les pharmacies du pays.

Le Choléra et la typhoïde sont également des maladies existantes au Cameroun. Donc, la prévention de ces deux maladies requiert d’être très vigilant sur l’hygiène des aliments consommés, tout en privilégiant la consommation de l’eau minérale.
En outre, le taux de prévalence du virus VIH (sida) est à 2.7% au Cameroun, ce qui représente 540 000 cas selon les chiffres officiels de l’année 2018.
Aussi, les hôpitaux et les Centres de soins exigent systématiquement une avance de paiement (en espèces et en monnaie locale) avant de commencer toute consultation.
4/ les consignes pratiques :
Le transport dans les milieux urbains est assuré par les taxis-service et les mototaxis comme c’est le cas pour la ville de Douala. Quant au transport inter-urbain, il est assuré par des bus de transport en commun (Le coût moyen d’un dépôt à Douala qui permet d’avoir un taxi pour soi y compris pour un trajet de et vers l’aéroport oscille entre 3 000 et 5 000 f cfa, soit entre 5 et 8 euros).
Le Franc cfa est la monnaie officielle pratiquée au Cameroun et la différence entre le taux de change pratiqué sur le marché parallèle et celui des banques est très faible. C’est pourquoi les opérations de change au niveau des banques et des guichets spécialisés sont strictement recommandées pour éviter tout acte d’escroquerie (faux billets).
Pour ce qui est de la règlementation douanière, conformément aux dispositions de l’article 78 du code des douanes camerounais, à l’entrée du territoire le voyageur non-résident peut, et sans déclaration, détenir des sommes en espèces d’un montant inférieur ou égal à cinq millions (soit environ 7600 euros). Lorsque ce seuil de cinq millions est dépassé, la somme au-dessus du plafond doit être obligatoirement déclarée auprès des services des Douanes sous peine de sanctions.
A la sortie du territoire, les voyageurs non-résidents peuvent, suivant les termes de l’article 79 du règlement précité « emporter des devises ou tout autre moyen de paiement d’un montant maximum égal à celui qu’ils ont déclaré à leur entrée. » Toutefois, si le voyageur non-résident dispose d’une somme supérieure ou égale à 05 millions de F CFA, il doit en faire la déclaration et est tenu d’en justifier la provenance et l’origine des fonds sous peine de sanctions.
L’Ambassade recommande la consultation du site web de la Direction Générale des Douanes camerounaises pour se renseigner d’avance sur la règlementation douanière applicable aux voyageurs (http://www.douanes.cm/).
A propos de l’hébergement, la ville de Douala compte un nombre important d’hôtels surtout de moyenne gamme avec des tarifs relativement élevés (Le tarif d’une nuitée dans un hôtel étoilé oscille entre 25 000 et 50 000 franc Cfa, soit entre 40 et 80 euros)
Par rapport à la restauration, les consommteurs doivent être regardants sur l’origine et l’hygiène des aliments que l’on leur propose, tout en évitant de prendre ses repas auprès des restaurants ambulants ou des vendeurs à la sauvette très répandus (lien pourtant liste des hôtels et des restaurants de Douala http://decouverte.cameroun.free.fr/_media/hotels-et-restaurants-2.pdf (free.fr).
Au sujet des particularités culturelles, Le comportement et la tenue vestimentaire du supporter doivent être adaptés et respectueux du goût public (les us et les coutumes locaux).
Le déplacement au stade de « Japoma » (50 000 places) situé à 20 km du centre-ville nécessite d’emprunter un moyen de transport (taxi ou bus), pour une durée de 40 minutes.
Les déplacements organisés des supporters par des agences de voyage expérimentées semblent être le moyen le plus indiqué et devant faire éviter à nos compatriotes beaucoup des contraintes susmentionnées.
Contacts de l’Ambassade d’Algérie à Yaoundé :

Site web : www.ambassade-algerie-cameroun.org ;
Page Facebook : Ambassade d’Algérie à Yaoundé (1.3k) ;
Email : ambalgcmr@gmail.com ;
Téléphone : 00237 222 21 53 51 ;
Fax : 00237 222 21 53 54